• Vivre en enfer

     

    Cette série documentaire comporte 4 épisodes de 42 mn :

    - Episode 1 : CRÉATURES DU SEL ET DE L'ACIDE

    On part à la découverte d'animaux qui réussissent à vivre dans une eau aussi acide que du vinaigre ou alcaline comme la lessive ; au lac Retba, au Sénégal, des bactéries fabriquent un pigment rouge pour résister à la concentration de sel ; au Lac Natron, en Tanzanie, des poissons nagent dans une eau ultra-saline et avoisinant les 50° C ; au lac Mono, en Californie, les mouches Alkali se sont équipées d'un scaphandre autonome de plongée...

     

    - Episode 2  : CRÉATURES DU CHAUD

    Dans les sources du parc national de Yellowstone aux États-Unis, et près des dorsales océaniques, à plus de 2 000 mètres de profondeur, certains organismes vivants, appelés "thermophiles", survivent dans des eaux toxiques et bouillantes pouvant atteindre une température de 120°C ! Leur étude, source de multiples avancées biotechnologiques, permet notamment de synthétiser de nouvelles molécules pour l'industrie pharmaceutique.

     

    - Episode 3 : CREATURES DU FROID

    Au Spitzberg, les plantes sont poilues et en coussinets pour lutter contre le froid ; sur la calotte glaciaire du Groenland, le tardigrade (minuscule animal pluricellulaire) est capable d'expulser une grande quantité d'eau de son corps pour arrêter en partie son métabolisme ; en Antarctique, le krill, petite crevette qui ne craint pas l'eau glacée, est la clef de toute la chaîne alimentaire.

     

    - Episode 4  : CREATURES DU NOIR

    Les scientifiques étudient les stratégies d'adaptation d'organismes capables de survivre avec très peu d'oxygène, de lumière et de nourriture dans les grottes les plus inhospitalières de la planète.
    Exemples en Roumanie, dans la grotte de Movilé, où un riche écosystème est né alors que l'hydrogène sulfuré y est cent fois plus concentré que dans l'air que nous respirons ; au Mexique, où dans un ruisseau souterrain, une curieuse espèce de poisson survit dans une eau saturée en sulfate d'hydrogène ; et en Slovénie, où le protée est capable de consommer ses propres tissus pour compenser le manque de nourriture.

     

    Un documentaire très intéressant et qui nous permet de prendre conscience de la grande ingéniosité et surtout de l'adaptabilité de la nature... nous ne faisons clairement pas le poids !

     Documentaires visibles sur youtube smile

     

    A bientôt

     


    votre commentaire
  • Avec les beaux jours, les enfants sont plus souvent dans le jardin que dans la maison...

    La semaine dernière Esteban a trouvé une "grosse fourmi bleue", enfin c’est plutôt elle qui l'a trouvé puisqu’elle est monté sur sa main ^^

    Une petite recherche sur internet pour trouver des infos sur cet insecte que nous n'avions jamais vu, nous donne rapidement son nom : c’est un meloe proscarabaeus.

    Une femelle plus précisément vu la taille de son abdomen.

    Peu impressionnée par notre présence et par le fait d’être momentanément enfermée dans la boite-loupe, cette jolie meloe a mangé avec appétit les brins d'herbe que nous avions mit dans la boite avec elle happy

     

    Après quelques minutes d'observation et des tas de photos ratées, nous l'avons relâchée dans le jardin, loin des poules...

     

    La photo en haut de l'article est de moi mais elle ne rend pas hommage à la beauté de cet insecte alors je vous en met une autre trouvée sur le net :

     

    A bientôt...

     


    4 commentaires
  • Au mois de mai, notre cane Shanti s’est mise à couver... on avait beau lui enlever les œufs elle restait obstinément dans son nid alors au bout de 2 semaines un voisin nous a donné des oeufs fécondés que nous avons placés dans son nid en remplacement des siens...

    Malgré le mauvais temps, elle a passé tout le mois de juin à couver et le 1er juillet un caneton est sortit de l'oeuf  (les 3 autres oeufs n'ont pas éclos, les petits étaient morts à l'intérieur)

    Nous l'avons baptisé Sunny et nous passons des heures entière à les observer : la sieste, les baignades, les repas, la toilette, Sunny qui trottine partout derrière sa maman, leur façon de communiquer par tout une gamme de sons, la façon dont Sunny se cache dans les herbes quand les poules passent tout près...

    Notre Shanti est une maman  trés attentive qui n'hésite pas à "attaquer" si on approche trop près...

     

    Quelques photos :

     

    Le 4eme jour, Sunny a droit à son premier bain dans la mare... mare sur laquelle nous avons déposé des lentilles d'eau après avoir lu sur le net que les canards en raffolaient

     

    A trés bientôt...

     


    2 commentaires
  • Il y a quelques jours, nous avons eu la chance de pouvoir observer une araignée en train de tisser sa toile :

     

    Imgp9899.jpg

    Imgp9900.jpg

    Imgp9901.jpg

     

    Après quelques recherches sur le net, il s'agirait d'une Epeire diademe.

    C'est une espèce d'araignées aranéomorphes de la famille des Araneidae.

    Elle est parfois appelée "Araignée des jardins" ou "Araignée porte-croix".

     

    Une de ses particularités est la création de toiles de dimensions très importantes par rapport à sa propre taille, puisqu'elles peuvent atteindre exceptionnellement un mètre.

    La toile est refaite tous les jours : l'épeire ne répare pas sa toile et la recommence tous les matins !

     

    L’épeire diadème est présente dans l’Europe entière, elle vit dans les endroits plantés d’arbustes ou d’arbres, et est très fréquente dans les jardins. Elle se nourrit d’insectes petite taille qu’elle tue grâce à son venin et qu’elle enveloppe aussitôt d’un cocon de soie.

    Elle peut piquer l’homme, mais cette morsure n’est pas dangereuse.

     

    Nous voulions lui donner un insecte le lendemain, pour observer comment elle l'attrape et l'enroule dans un cocon de soie... malheureusement il y a eu de fortes averses de pluie pendant la nuit et l'araignée et sa toile ont disparues !

     


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique