• Documentaire - Vivre en enfer

    Vivre en enfer

     

    Cette série documentaire comporte 4 épisodes de 42 mn :

    - Episode 1 : CRÉATURES DU SEL ET DE L'ACIDE

    On part à la découverte d'animaux qui réussissent à vivre dans une eau aussi acide que du vinaigre ou alcaline comme la lessive ; au lac Retba, au Sénégal, des bactéries fabriquent un pigment rouge pour résister à la concentration de sel ; au Lac Natron, en Tanzanie, des poissons nagent dans une eau ultra-saline et avoisinant les 50° C ; au lac Mono, en Californie, les mouches Alkali se sont équipées d'un scaphandre autonome de plongée...

     

    - Episode 2  : CRÉATURES DU CHAUD

    Dans les sources du parc national de Yellowstone aux États-Unis, et près des dorsales océaniques, à plus de 2 000 mètres de profondeur, certains organismes vivants, appelés "thermophiles", survivent dans des eaux toxiques et bouillantes pouvant atteindre une température de 120°C ! Leur étude, source de multiples avancées biotechnologiques, permet notamment de synthétiser de nouvelles molécules pour l'industrie pharmaceutique.

     

    - Episode 3 : CREATURES DU FROID

    Au Spitzberg, les plantes sont poilues et en coussinets pour lutter contre le froid ; sur la calotte glaciaire du Groenland, le tardigrade (minuscule animal pluricellulaire) est capable d'expulser une grande quantité d'eau de son corps pour arrêter en partie son métabolisme ; en Antarctique, le krill, petite crevette qui ne craint pas l'eau glacée, est la clef de toute la chaîne alimentaire.

     

    - Episode 4  : CREATURES DU NOIR

    Les scientifiques étudient les stratégies d'adaptation d'organismes capables de survivre avec très peu d'oxygène, de lumière et de nourriture dans les grottes les plus inhospitalières de la planète.
    Exemples en Roumanie, dans la grotte de Movilé, où un riche écosystème est né alors que l'hydrogène sulfuré y est cent fois plus concentré que dans l'air que nous respirons ; au Mexique, où dans un ruisseau souterrain, une curieuse espèce de poisson survit dans une eau saturée en sulfate d'hydrogène ; et en Slovénie, où le protée est capable de consommer ses propres tissus pour compenser le manque de nourriture.

     

    Un documentaire très intéressant et qui nous permet de prendre conscience de la grande ingéniosité et surtout de l'adaptabilité de la nature... nous ne faisons clairement pas le poids !

     Documentaires visibles sur youtube smile

     

    A bientôt

     

    « Controle d'Esteban et MarieCheval de trait ardennais »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :